Le Féminin Sauvage : rencontre avec Marie Cochard, fondatrice du magazine Druidéesse

Passionnée par les bienfaits des plantes et les sagesses ancestrales, Marie Cochard célèbre dans son magazine « Druidéesse » le féminin sauvage : un retour à l’essentiel, à la nature, et au sacré. 

 

Quel a été le déclic pour créer ton magazine ?

 

Passionnée par les sagesses ancestrales, j'ai été initiée à l'herboristerie durant près de 4 ans par l'ethnobotaniste Myriam Reffay, éminente spécialiste des plantes du Moyen-âge, ainsi qu'à la sylvothérapie (bain de forêt) et la gemmothérapie (remèdes à base de bourgeons). J'en suis convaincue, la Nature a des pouvoirs insoupçonnés. Celui de nous nourrir, de nous soigner naturellement, de nous ré-énergiser... Aussi mon compagnon "photographiste", Olivier, et moi-même avons-nous eu envie de façonner un guide, un objet à part dans le monde la revue, dédié à la Nature et aux êtres qui l'habitent. C'est ainsi que Druidéesse est né ! Chaque numéro revient ainsi, depuis deux ans déjà, à chaque équinoxe avec ses Recettes, ses Remèdes et ses Rituels saisonniers comme autant de nourritures bienfaisantes pour le corps, l'esprit et l'âme.

C'est un mélange d'envie de partager des savoirs oubliés et de folie douce qui nous a mené jusqu'ici, mais comme le disait si justement Oscar Wild (« Wild ». Nous voici donc au cœur du sujet avec cette citation qui tombe à brûle pourpoint !) «  Les folies sont les seules choses qu'on ne regrettent jamais. ». 

Explique-nous ta vision du féminin sauvage ?

 

Pour moi, il n'est pas plus de « féminin sauvage » que de « masculin sauvage ». L'idée est simplement d'inviter au rapprochement l'humain et la Nature, car ils ne font bel et bien qu'UN. Je crois que le retour à la Nature, au Sauvage, à la Sylve est en réalité un retour à Soi, à sa Nature véritable. Il n'y a pas de séparation. Nous sommes partie intégrante de la Nature, aussi prendre soin de celle-ci c'est prendre soin de soi et vice-versa. 

 

Que t'apporte la nature au quotidien ?

 

Un état de paix, une sérénité profonde. Quand je suis en forêt, je suis « à la maison », je me sens accueillie pour ce que je suis, sans jugement, sans a priori. Je crois par ailleurs qu'il serait plus à propos pour l'Humain d'incarner le « donner-recevoir » auprès des arbres, mais aussi de ses congénères. Puis-je offrir et donner sans rien attendre en retour, à la Nature et aux êtres qui m'entourent ? Un état de présence et d'ouverture. Un mandala végétal. Un chant. D'autres offrandes... à l'instar des peuples autochtones ou de nos ancêtres. Comment je m'engage en tant que gardien-ne pour cette Nature ? (en plantant des arbres, en refusant que d'aucuns de mon quartier ne soient coupés, en mangeant local et de saison, en limitant mon empreinte au maximum ?). Je crois que la Sylve est généreuse « par Nature », qu'en est-il de nous, Humains ? Il me semble aujourd'hui impératif que chacun-e se pose la question pour lui-même.

Quel est la dernière chose qui t'ait touchée ?

 

J'ai organisé un « Bain de forêt » Druidéesse dominical, dans un coin de forêt du littoral, afin d'harmoniser les corps des personnes en présence à l'énergie saisonnière. Notre pérégrination a eu lieu une journée durant, une semaine avant le deuxième confinement. J'ai ainsi proposé des temps d'explorations avec les arbres et de reliance avec les lieux, des bains olfactifs et sonores (soutenus par les vibrations du tambour) et certains enseignements que j'ai reçu et qu'il m'a été donné de transmettre à mon tour à cette occasion. J'ai été extrêmement touchée par les témoignages des 9 participants qui m'ont dit avoir découvert la forêt sous un nouveau jour grâce à cette « balade aux 4 vents ». 

 

Pourrais-tu nous conseiller une plante pour booster l'immunité ? 

 

Le sureau*, sous forme de tisane, la fleur idoine pour se prémunir des rhumes, grippes, sinusites ou bronchites. En complément, les racines d'échinacée* (Echinacea purpurea) sont une panacée. Prévoir une cuillère à café de racines par tasse de 25 cl. Faites bouillir lesdites racines à petits bouillons pendant 2 minutes pour ne pas détruire leurs principes actifs. Éteignez le feu et laissez infuser 10 minutes environ. 

*Vous pouvez vous procurer fleurs de sureau et racines d'échinacée dans n'importe quelle herboristerie. 

 

Quel est ton wild side ? 

 

La gardienne de la Terre que je suis (nom du choeur de femmes bordelais dont je fais partie), invite désormais celles et ceux qui se sentent appelés à venir à écouter le chant de la Forêt, à réveiller cette part sauvage de leur être qui ne demande qu'à vibrer... à travers les pages de Druidéesse et à l'occasion de « Balades aux 4 vents ». 

 

« Si tu ne vas pas dans les bois, jamais rien n'arrivera, jamais ta vie ne commencera. Va dans les bois, va. » Clarissa Pinkola Estès

 

 

Commandez les différents volumes de Druidéesse sur https://druideesse.fr/

 

Renseignez votre adresse e-mail pour recevoir la Lettre Mensuelle d'Inspiration et connaître les actualités (Balades en forêts, Cercles saisonniers, ateliers...) https://druideesse.fr/

 

Rejoignez la communauté DRUIDÉESSE sur Instagram et facebook.

https://www.instagram.com/druideesse/?hl=fr

https://www.facebook.com/druideesse/

 

photographies d'Olivier Cochard, 



Ecrire un commentaire