A la rencontre d'Audrey Fitzjohn

"Faire tomber sa peur de l'échec", c'est le credo d'Audrey Fitzjohn.
Photographe, styliste et auteur, Audrey a passé plus de 10 ans en Nouvelle Zélande. Elle y a découvert une nouvelle philosophie de vie, un nouveau rapport à la réussite, à l'échec. 
Elle a gentiment accepté de nous raconter son histoire et de nous partager quelques moments de sa vie de femme entrepreneur. 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m'appelle Audrey, j'ai 34 ans et je suis photographe. Je vis en Charente Maritime, une région d'adoption pour laquelle j'ai eu un coup de coeur total.

Comment t'est venue cette idée de te lancer dans l'entrepreneuriat ?

J'ai toujours eu un esprit d'entrepreneuriat, d'aussi loin que je me souvienne, être à mon compte correspond à ma personnalité et à mon besoin de liberté dans le travail.  C'est lors de mon expatriation en Nouvelle Zélande où j'ai vécu 10 ans et où l'esprit d'entrepreneuriat est très fort que j'ai osé sauter le pas. Là-bas les gens n'ont pas peur de l'échec, ne pas réussir du premier coup n'est pas perçu comme une honte mais comme une opportunité pour rebondir, ça a enlevé beaucoup de la pression qui m'avait paralysée jusqu'alors. Aujourd'hui je suis vraiment heureuse de m'être lancée, même si l'entrepreneuriat demande beaucoup de travail et est source de stress, je suis très épanouie dans ce statut.

 

 Comment concilies-tu ta vie de maman avec le rythme de femme entrepreneur ?

Je n'ai pas de recette magique malheureusement, réussir à son compte demande beaucoup de travail et de résilience. J'essaie de m'imposer un rythme au quotidien mais il n'est pas rare que je travaille une fois les enfants couchés, j'essaie cependant de tout couper à partir de la sortie de l'école. J'ai beaucoup travaillé le week end aussi mais depuis environ 1 an j'ai réussi à établir une base de clients suffisamment solide pour ne plus avoir à le faire. Nous partageons toutes les tâches dans mon couple et le fait que mon mari soit entrepreneur lui aussi et puisse gérer ses horaires comme il le souhaite me donne beaucoup de liberté et d'amplitude horaire si je dois me déplacer par exemple, je ne pourrai pas faire tout ça sans lui.

 

Quelles sont les petites choses dans lesquelles tu trouves ton bonheur et ton inspiration au quotidien?

La lumière qui s'invite sur les murs de la maison le matin, les promenades que je fais à vélo dans les marais derrière chez moi, regarder la nature changer au fil des saisons et beaucoup lire.

 

Un mot pour celles qui souhaiteraient se lancer?

Faire tomber sa peur de l'échec, ce n'est pas grave si un projet ne marche pas, on aura au moins la satisfaction de se dire que l'on a essayé plutôt que le regret de ne jamais l'avoir fait!

 

Ecrire un commentaire